Marina de Casablanca : une ville dans la ville

Un immense chantier sur plusieurs décennies, un demi million de mètres carrés de constructions de commerces, bureaux et autres équipements… Pharaonique !

Parmi les grands projets de partenariats public-privé que j’ai eu à traiter figurent le site grandiose de la Marina à Casablanca (Royaume du Maroc). Le Projet de tous les superlatifs. Et pour cause. D’une surface hors œuvre nette (SHON) d’environ 476.000 m2 sur un terrain trésor de 26 hectares en front de mer dont 10 ont été gagnés sur l’océan (site projet en photo). Ce pôle multifonctionnel de type « mixed-use development » a été imaginé pour devenir un lieu unique à la fois vivant et intégrant une grande mixité des usages.
Au-delà de la diversité de la programmation de ce PPP et de la qualité des produits qu’il offrira dans un proche avenir, afin d’élaborer ce morceau de ville, un large travail de benchmarking consistant en l’analyse des concepts d’aménagement les plus diversifiés dans le monde a été mis en place dans l’objectif d’optimiser le marketing urbain de l’opération. Les besoins identifiés comprennent outre un hôtel de luxe, un hôtel 5 étoiles orienté affaires, le futur palais des congrès, son port de plaisance, un quartier d’affaires digne de celui de la Défense en région parisienne. Le volet loisirs touristique sera accentué par la présence d’un aquarium géant inédit et des appartements de haut standing s’ouvrant sur l’océan. Et comme si cela ne suffisait pas, un moteur supplémentaire sera ajouté puisque le site accueillera dans une de ses séquences clés ce qui sera le plus grand centre commercial du Royaume, le tout desservi par un parking souterrain offrant plus de 6000 véhicules.

Un véritable laboratoire pour les professionnels du métier.

L’ensemble du chantier (cliquez sur la photo) s’organise autour de plusieurs tranches urbaines imaginées pour créer des rythmes séquencés marqués par de fortes thématiques selon un équilibre minutieux des fonctions. De fait, une fois équipée, la constructibilité sera répartie entre le résidentiel à hauteur de 30%, le centre d’affaires et les bureaux à raison de 33% et les hôtels à hauteur de 11%. Le centre commercial et les commerces occuperont pour leur part 15%, tandis que les équipements (parc, aquarium, palais des congrès, marina) se verront octroyer 10%. Une promenade sur une longueur d’un kilomètre et demi qui démarrera du bassin de plaisance et son yacht club, son école de voile et les équipements usuels de gestion de port, comme étant la première séquence qui sera livrée en 2013. Son port de plaisance a ainsi été construit pour une capacité de 130 anneaux, pouvant accueillir des bateaux jusqu’à 25 mètres de long.

Forcément, le projet est très attendu par les Casablancais et ses décideurs locaux (cliquez sur la photo pour agrandir le plan projeté). Malgré les lourdes contraintes qui encadraient ce dossier d’abord initié par le Groupe Der Krikorian en sa qualité de Master Développeur pour ensuite être cédé et délégué au constructeur CGI (bras armé de la Caisse de dépôts et de Gestion), le projet est sorti de ses difficultés et offre une qualité de conception unique par les défis architecturaux et techniques qu’il vise afin d’embellir sa façade maritime délaissée jusque là.
Pour les repreneurs, la réalisation du projet va faire taire de nombreuses critiques quant à la faiblesse des infrastructures de la métropole. Cette formidable aventure urbaine apportera sans aucun doute un nouveau visage à la capitale économique qu’est Casablanca. La programmation va également apporter plusieurs équipements publics essentiels tels que le palais des congrès et étoffer l’offre touristique à travers le port de plaisance et la construction de deux hôtels de grande capacité. En outre, une importante offre d’immobilier résidentiel et professionnel est au programme. Développement durable oblige. Le projet accorde une importance toute particulière aux espaces verts et technologies écologiques, puisque les deux tiers de la superficie globale y sont dédiés, soit plus de 17 hectares.

Les promoteurs et leurs architectes ont tout fait pour économiser le terrain. Pour ce faire, ils ont construit principalement en hauteur, en profondeur mais pas en surface au sol. Le parking ainsi que toute la circulation sur le site seront pour l’essentiel souterrains. Un projet pharaonique phasé dans le temps déjà considéré par la profession comme le « véritable laboratoire urbain du XXIè siècle » nécessitant un investissement colossal de plus de 5 milliards de dirhams, (soit près de 475 millions d’euros) et qui a forcément attiré tous les grands de la place. De nombreux investisseurs figurent sur les rangs…

Publié par Artho Jerajian

Advertisements

À propos de que soy, le blog

"que soy, le blog" est le blog de la société Que soy, spécialiste de la stratégie de marque (centres commerciaux et enseignes) et de l'innovation dans le secteur retail.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :