Quel avenir pour le F-Commerce et quel usage ?

See on Scoop.it2- Du social retailing à l’innovation des points de vente

Bloomberg a récemment communiqué sur la fermeture des boutiques sur Facebook de Gap et JC Perney.

Le media titre pousse à la réflexion : la fin du F-Commerce ?.

Patrick Robin qui a récemment racheté Boosket, une solution de F-Commerce, a réagi vivement par une tribune sur le Journal du net : L’ouverture ou la fermeture des F-stores de quelques marques sont un non événement.
Sa tribune ne manque pas d’intérêt mais son analyse est partielle, et semble également partisane.

Il justifie la bonne santé du F-Commerce par:
– le nombre de F-boutiques créées
– le fait que des clients prestigieux de Boosket (La redoute) ont renouvelé des opérations de F-commerce pour des évènements : Noël, Saint Valentin
– Le F-Commerce favorise la recommandation (argument qualitatif)
– des valeurs telles que « le trafic venant de Facebook passe de zéro à 14% des ses paniers » (argument quantitatif mais en valeur relative)

 

C’est intéressant mais ce n’est pas percutant.

Le nombre de boutiques annoncées n’est pas vraiment très élevé si on se place sur un marché global de millions de marques et de commerces, pourtant Facebook a déjà une pénétration énorme.
Les grandes marques qui font de l’évènementiel sur Facebook via des boutiques temporaires, ce n’est pas une justification du F-Commerce dans son ensemble et « quelques centaines de vente par événement », je cite, c’est minime pour un grand VADiste
On est tous d’accord sur le pouvoir de recommandation (viral) des réseaux sociaux, notamment Facebook, mais cela ne suffit pas à la vente, il y a un (long) chemin à parcourir entre un conseil d’ami et une transaction
Les éléments chiffrés que Patrick Robin avance ne me semblent pas pertinents, ils sont flous, mélangés entre différents clients, sans référence ni à la taille, la nature (grand public, marché de niche), le degré de maturité (lancement de commerce ou marchand mature). Ni même au budget marketing associé (Facebook ads ou autre). Bref ce qu’on attendrait c’est des données sur le cout d’acquisition par ce canal, en valeur et/ou en pourcentage du CA
Par ailleurs, c’est trompeur de dire que le retrait de grandes marques est un non-évènement. Car contrairement aux milliers de petits commerces, les gros font des analyses préalables puis évaluent sérieusement les opportunités et les tests qui sont effectués.
Autrement dit, un petit ecommerçant peut faire une F-Boutique sur un coup de tête, et l’arrêter également du jour au lendemain, sans trop d’état d’âme.

(…)

See on www.marcthouvenin.com

Publicités

À propos de que soy, le blog

"que soy, le blog" est le blog de la société Que soy, spécialiste de la stratégie de marque (centres commerciaux et enseignes) et de l'innovation dans le secteur retail.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :